vendredi 23 novembre 2012

victus

quand tu envoies un texto dont tu sais qu'il sera l'ultime
quand tu fais le dernier pas parceque tu crois diriger ta vie
quand tu sais que tu ne peux pas et que d'abord "c'est moi qui décide"!
quand tu as pris de l'avance car compris que c'était impossible
quand tu as déja tout discuté, que tu arrêtes les compromis
quand jamais plus tu ne veux sentir refluer ta bile.

et quand sonne une réponse que tu exècres d'imaginer lire
quand le téléphone textote une explication inaudible
quand il te renvoit à l'inaccessible
quand ton coeur commence à cogner alors qu'il est inutile
quand tes mains commencent à trembler sans te prévenir

Tu te demandes si un jour, toi aussi tu seras le capitaine de ton âme...


samedi 3 novembre 2012

des défenses

Alors aujourd'hui ce sera pathétique, ce sera... et bien ce sera encore une rengaine didinienne!

Il sera question d'un garçon.
Un garçon flou, pas tout à fait vaporeux mais presque.
De quelqu'un du genre "loin des yeux loin du coeur".
Enfin, niveau coeur ce n'est pas tout à fait comme s'il en était question car j'ai décidé très fermement de ne plus impliquer le mien dans quoi que ce soit de charnel à moins que cela ne soit signé par le sang ET le crachat!

Il est donc question de la chair d'un garçon!
Un garçon-à-chair donc, qui réussi néanmoins à m'entrainer dans ce **tain de jeu du "suis-moi j'te fuis, fuis-moi jte suis"!
Et j'enraaaaaaage carrément de ne pouvoir m'y soustraire!

Par quelle diablerie moi qui, ô combien sait ce que je ne veux pas, m'empêtrais-je continuellement dans des relations par trop indépendantes?
Pourquoi cette sorte de mâles intouchables, fiers et si lointains pique-t-elle tant ma curiosité cardiaque?
Une race de couillu sur piédestal, occupée et acharnée... que je voudrais m'arnacher.

Malgré moi, je tombe sur le challenge, alors que je ne souhaite que l'évidence!
Alors je joue bien sur. Mais jusque là, j'ai toujours perdu, alors pourquoi m'escrimer?
Peut-être une trop grande pratique à feindre l'indifférence m'a-t-elle ensorcelée et de laquelle je ne puis plus me libérer...
Peut-être le dégoût que m'infligerait à moi-même l'idée de faire une scène...
Qui sait... en tout cas pas moi!!

Serais-je une engeance de femme à peaux de bêtes trainée par la queue de cheval jusqu'à l'antre de la grotte, puis délaissée pour les belles défenses d'un mammouth préhistorique?

Moi aujourd'hui je voudrais bien être un mammouth!

vendredi 2 novembre 2012

words' power

Comment faire pour être utile, vraiment aider quelqu'un de proche en proie à une grande tristesse?
Comment ne pas envahir, ou au contraire trop se taire?
Comment ne pas radoter de banales incantations impersonnelles?
Comment ne pas devenir plus affligeant que l'affliction déja éprouvée?
Bref, comment ne pas être maladroit?

Alors certains diront qu'il suffit juste d'être là...  hum... mais "être là"... ça se traduit comment au juste?
D'autre encore prétendront qu'il faut "partager la peine"... hum... mais comment partager une autre peine que la sienne ?
On peut aussi demander comment aider! Mais les gens en grande souffrance savent-ils eux-même ce qui pourrait les soulager?!

La perte d'un être cher est autant dans la nature des choses, que la tristesse est naturelle...
Face à tant de nature, il faut donc suivre son instinct...
Et les mots ayants remplacé l'instinct, la seule chose valable serait donc de parler.
Le truc, c'est qu'il parait également qu'on peut parler avec les mains et avec les yeux...

Il parait qu'il faut juste faire de son mieux.
Il parait que ça vient naturellement... hum... il parait bien des choses à mon avis!

pour croquer



mercredi 17 octobre 2012

lune et polish

Alors non, il ne faut pas penser cratère, il faut juste se figurer quelque chose de rond... de finalement pas si brillant, et de certainement pas lisse non plus mais à moi l'image elle plait!

J'ai été diagnostiquée chauve avant l'heure pour ... cause inconnue!
Moi, à qui les accros aux prédictions faisaient plus pitié qu'autre chose, c'est bien ma veine!!
Le maître horoscopique, de ma partie médiumo-capillaire, est la charmante et très chevelue (gromèl-gromèl chante la jalousie!!) directrice de la clinique du cheveux du quartier Saint-Germain.
Verdict atomisant après arrachage de cheveux et regardaison au microscope de mon crâne (et c'est bien-bien moche des cheveux grossis 100 fois je promets!!):
"chère mademoiselle -voui, c'est pour ça qu'elle est charmante malgré son annonce funeste-  vos bulbes sont tous atrophiés c'est une catastrophe!"

Alors bon j'ai pleuré bien sur, ensuite j'ai ri avec mes amis essayant de me consoler au mieux en prodiguant moult blagues sur le fait que ça servait au moins à ça d'habiter le quartier aux perruques de Strasbourg Saint Denis... oui, j'ai des amis d'une finesse extrême!!

Du coup, ben va falloir ralentir toute cette chute hein tant qu'à faire!!
Du coup, bye-bye le lissage brésilien et bonjour les traitements "pâtes alimentaires", parceque oui oui, pour tenter de ne pas devenir une moon-head, ça coute la peau de la moon-fesse!!!
Que c'est parceque c'est "juste esthétique et pas médical" que c'est pas remboursé!

Maintenant, en plus des shampoings bio anti-tout, je teste les médecines toutes aussi douces et paralèlles qu'elles soient: je m'énergétise, je me shiatsuise et je m'huilessentiellise!

Paraît que je suis stressée!
C'est mignon, et rigolo quand on y pense, et bateau et voie-de-garage absolument: dès que la médecine ne trouve pas de cause concrète à un symptôme physique, c'est forcément le stress!
Sans déconner, les homo-cromagnonesques-là, z'étaient pas trop stressés de se battre contre des mammouths et des tigres à dents de sabre avé un pauv' bout de silex (oui l'âge de glace est un documentaire animalier très très scientifiquement sérieux!)??? Pourtant du poil, c'est pas ça qui leur manquait!!!

Je préfère donc définitivement entendre que les mémoires de mon corps sont dans mes reins, et que ce sont ces mémoires traumatisées (tu m'étonnes, elles vivent dans une vessie!!) qui me pourrissent mes cheveux!

Ah aussi, maintenant faut que je mange des orties...
Ca c'est pour la partie fun du traitement, plus qu'invoquer le pouvoir du crâne ancestral soit-disant...

lundi 17 septembre 2012

lapinite aigüe

J'ai un syndrôme.
Syndrôme que j'auto-intitulerais: "syndrome de didine-l'est-addict-aux-expériences-modesques-et-rien-n'y-changera-jamais-de-la-laïfe-même-si-c'est-toujours-une-mauvaise-idée-à-la-base".

Modinite du moment donc: les iris!
J'ai les yeux marrons, j'aime mes yeux, je m'en fiche qu'ils soient marrons... mais quand même pas assez pour ne pas me laisser tenter par cette offre alléchante de monop' qui proposait des lentilles de couleur pour 30 jours à 20€, comme ça, en direct du rayon!

Ne voulant tout de même pas me transformer en saurien, je passe sur la couleur verte, la couleur noisette me parait trop jaune; exit donc également l'effet batracien d'un autre monde. Y'avait aussi du bleu... heu le bleu, j'suis quand même vraiment brune avec des traits négroïdes! ça se verrait trop que c'est des faux et on me le balancerait en pleine face et j'assumerais pas, donc non.
Et puis je tombe sur la couleur perle. Les "perles" donc, ressemblent étrangement à un marron clair, mais c'est mieux, me dis-je intelligemment, ça fera ultra naturel ainsi!

C'est donc toute joisse de mon achat que je me rends à la pharmacie m'acheter des chtis boitiers avec du chti liquide à mettre dedans pour nettoyer mes nouveaux yeux.

C'est tout aussi happy-life que je rentre à la mézon pour bieeeeeeen me laver les mains et bieeeeeeeen les sécher pour devenir enfin, une nouvelle moi, une moi tout pareille mais différente, une moi qu'a le look-bébé!!

Le problème se pose évidement immédiatement: mettre des lentilles est un sport hautement masochiste et lacrimal: ce fut orange-mécanique au dessus du lavabo!!
Un combat sans merci entre la paupière et le doigt, une bataille musculo-chimique entre la volonté et le fait que CA PIQUE SA RACE!!!
Bon, mon doigt, l'a fini par gagner, et jme suis retrouvée avec... et ben exactement la même couleurs d'yeux!!!!

J'ai eu beau me pavaner sans relache toute la journée en écarquillant les mirettes façon poupée-bella, rien n'y fit: personne ne remarqua!
J'en eu pour mon grade et un mal de crâne dantesque car, pour couronner le tout, j'avais "placé la lentille droite à l'envers", m'a-t-on expliqué gentiment (avec un air de pas y toucher mêlé d'affreuse pitié je précise!!) quand j'ai expliqué de la lentille bougeait à chaque clignement de paupière...

l'avant-après de rigueur que j'ai même pas honte!! hum...hum...






jeudi 6 septembre 2012

histoire de pelage

Quand tu rêves de cheveux lisses, de cheveux ralalaksèbon de pas avoir à démêler, de cheveux que ahaha-j'passe-la-main-dedans-sans-arracher-des-moutons-de-noeuds, mais surtout de cheveux de comme celles qui rêvent de les avoir frisés en fait; ben tu sautes sur les bons de réduc pour un lissage brésilien bio (parceque quand même, quand tu sais que certains sont aux formols, tu penses aux gibiers empaillés et ça fait vachement peur en vrai!) et tu vas confiante chez le coiffeur: le bio c'est bion, oui-oui c'est la pub qu'elle-le-dit!!

Le truc c'est qu'il ne faut pas être trop pressé (car ça dure au moins 2 h) et avoir un bon livre pour éviter les commérages insipides du coiffeur, ou alors faire ta polie tout en écoutant assidûment les messes-basses des autres en te cachent derrière le-dit livre; c'est au choix et selon ton degré de parisianité.

Donc tu patientes, tu attends, tu t'enracines, mais c'est pour la bonne cause, car c'est pour la bonne mode!

Ce n'est qu'après, qu'enfin tout est fini (et ma foi pas mal du tout), que tout sourire tu t'entends déclamer que:
-ah ben vos cheveux blancs-là, faudra apprendre à les aimer car une teinture ça se fait AVANT le soin hein, et un soin c'est tous les 4 mois;
-que désolé si t'as le cuir chevelu sensible car faut oublier ton shampoing magique qui t'empêche de te gratter frénétiquement,
-et qu'à chaque lavage faudra au moins y passer 45 minutes, entre le shampoing, l'après shampoing et le masque prolongateur de lissage, plus le séche-cheveux obligatoire
- car sinon tout ça, ce sera pour rien!!

Tout cela bien évidemment m'a donné matière à réflexion: après-tout ne serait-ce pas parcequ'on subit tout ça qu'on devient chiante? J'irai même plus loin et affirmerai que la chianlie parfois, c'est carrément le fait d'être une fille!

C'est donc entre deux grattages quasi-canin que, quand même, je montre le résultat...





jeudi 23 août 2012

Ne pas se laisser submerger...

... et rire jaune SURTOUT

Ce soir est un bon soir!
Soirée ultra bon chic -bon genre entourée de mes deux amis porteurs de bourses.
L'endroit est parfait, en plein air avec du son électro-qu'il-est-bon!
Les gens y sont beaux, et y'en a tellement au mètre carré que c'en est stupéfiant et donc notifiable (oui-oui ékedonc j'en invente des mots!).
Et quand en plus j'apprends que mon meilleur ami a enfin trouvé sa moitié juste après que mon autre copinou-chou m'avoue fréquenter quelqu'un depuis 1 mois et demi; et bien mon piti cœur se gonfle de joie; il n'en faut pas plus pour qu'il insuffle à mon cerveau que CERTAINEMENT, la prochaine à convoler, ben ce sera bibi!
Ni une ni deux cela suffit pour que j'accepte de trinquer à la "bierre-yeuark-vomi-vomi" (et oui tout ça, mais z'ont pas de vin rouge, que j'ai encore plus horreur du rosé et que concrètement je frime ici mais j'en ai pas les moyens!)!
Je précise toutefois que seuls Dieu et mon estomac savent s'il faut que j'ai une bonne raison de tremper mes lèvres dans ce qui ressemble le plus au monde à du pipi!!!

On bavasse on bavasse, mes potes regardent sous les jupes des filles et moi je scrute le rasage impeccable de mecs certainement épilés au laser.
Comme dit si bien copinou-chou, y'a qu'à Paris que t'es content de payer 8 euros pour une bière tiédasse, assis par terre et compressé par la foule tout ça parceque c'est branchouuuuuuuille!

Mais le mauvais houblon a fini par avoir la peau de mon intérieur, et avant que ça ne finisse par se voir à l'extérieur, on a décidé de rentrer.
Bisou-bisou à bientôt-à bientôt, et me voila partie à travers quai de seine pour rentrer dans mes pénates quand juste à l'entrée de la soirée, me passe devant mon collègue d'immeuble. Ze voisin que je trouve trop-trop craquant trop-trop tatoué, trop-trop barbu! Juste là à côté, il est passé devant nous sans me voir et se dirige vers le temple de la bière frelatée.

J'ai tellement hésité avant de lui parler (il n'était pas seul) qu'il a fini par être vraiment trop loin, et ça ne se fait pas de héler les beaux mecs dans la rue, ni nulle part ailleurs d'abord!!
Je m'engouffre donc dans le métro la tête plein de "et si", de "ralala c'était un signe", encore de "fuck-la-bière suspecte", et surtout de "pauvre glandue, l'univers a tout fait converger et toi t'as pas osé"...

Un jour peut-être j'aurais des couilles!!

ze plèce tou bi

lundi 13 août 2012

ils sont forts ces brésiliens!

Quand tu arrives au salon de coiffure où TOUS les coiffeurs sont de jeunes brésiliens gays habillés en rose.

Que ton voisin de coupe, qui est un trans nordique de près de 2 mètres ne s'exprimant que dans un anglais approximatif, et très timide au premier abord, se décide à te demander à TOI qui est la tête en arrière dans le bac de shampooinage, de traduire aux autres qu'il veut juste couper les deux-trois mèches rebelles qui rebiquent derrière ses oreilles mais sans attaquer la longueur.

Que tu dois ensuite interrompre ton soin pour expliquer à la seule coiffeuse de l'endroit (brésilienne également mais curieusement vêtue de noir) que maintenant qu'elle a lavé ses cheveux, ben qu'on ne voit plus les mèches rebelles, que donc il faut être très vigilant à ne pas ruiner la coiffure!

Que faute d'être ENTIEREMENT satisfait par ta traduction il accapare également ton coiffeur, qui ne parle pas anglais, pour tenter de lui expliquer la même chose par gestes,

Tu n'étonneras personne en précisant que ton salon est à Pigalle...

lundi 6 août 2012

plus parigote tu meurres

Dans le 3ème arrondissement il y a le marché des enfant rouges mais c'est une blague parcequ'ils n'ont ni coups de soleil et je n'ai pas encore entendu d'accent slave...
Dans le 3ème arrondissement il y a des terrasses à foison et même du foisonnement aux terrasses.
Dans le 3ème arrondissement, la poste ferme à 20h "pour  votre confort madame", sur un petit air bien désolé quand même hein...
Dans le 3ème arrondissement, le directeur de l'école est ultra disponible et plein d'entrain dans ses chemisettes à carreaux.
Dans le 3ème arrondissement, la mairie possède un ascenseur parlant. Mais sans affichage des étages... pour les personnes mal entendantes, c'est de la discrimination!
Et au service de la caisse des écoles du 3eme arrondissement, c'est aussi long qu'ailleurs, preuve que partout-partout il existe des parents en retard pour les inscriptions!

Je me sens déjà bien dans le 3ème arrondissement :))

mardi 17 juillet 2012

air (meetic) royal jordanian

Au milieu de la rangée du milieu; derrière ses mains, derrière mes mains, derrière les sièges D et E, j'ai laissé mes lèvres s'ébattre au su d'yeux curieux au milieu du ciel et de "l'espace" international...
Il était là, le moment ultime, somme-et-preuve que toutes les contradictions peuvent néanmoins mener au mélange et au désir :

Ancien caporal israélien de 26 ans (déja!), ma contradiction a fait la guerre et porte le sourire du plus parfait innocent.

Reconverti dans la sécurité des transports maritimes de zones ultras sensibles, il ne regarde aucun film d'horreur: c'est bien trop effrayant!

Il revenait de deux semaines en mer, et m'avoue être angoissé par l'eau profonde.
Du coup, sa gueule de surfeur ne glisse que sur les dunes de sables...

Il est l'assurance faite homme et perd avec autant d'humilité: il a parié notre déjeuner sur une chanson française en même temps...

Tellement décideur et tellement à l'écoute, tellement teufeur et si romantique, tellement musclé et pourtant désarmant...

Il n'y eu de certain que l'odeur et le toucher...
Mon vol Colombo-Aman a eu le goût d'une évidence: le monde est fascinant, et jamais je ne m'arrêterai de voyager!

dimanche 8 juillet 2012

Aruboyan

Au sri lanka, l'étrangère c'est moi. Que de regards sur mon passage! J'en serais flattée si ce n'était que pour ma beauté, et en serais certainement très fière, mais ici et dans mon cas, il ne s'agit que de couleur de peau. Ceylan a le profil indien et ce n'est que la blancheur sous mes traits négroïdes qui attire l'attention... Au sri lanka que de sourires, que de d'expressivité: un vrai bain d'accueil chaleureux qui apaise soudainement la barrière de la langue.  Alors, bien sur que l'intérêt et les questions permanentes à propos de mes origines exhalent un relent de billets verts. Dans ce coin du monde où le capitalisme rogne chaque jour un peu plus (à cause ou grâce, c'est selon) les idéaux bouddhistes; et bien je préfère croire que les idées sidartha  gautama prédominent et en ai donc pour ma soif de culture. Des merveilles archéologiques, aux embruns de l'océan indien, le peuple sri lankais force le respect historico-géographique.

jeudi 28 juin 2012

sun is back but dark is my heart

When you do your best, you're real best han - not a shitty best like: "well today i did my work i ate hearthly" or other stuffs of that kind no!!-
when everyday you're throwing yourself back into question because all you're looking for is understanding your world and be the perfect friend or colleague because you know that paradoxically no-one's perfect. Inevitably you are waiting the same in return... even when you do not want to think about return, even when you say that you don't expect anything...
down in your core you mean it!!
and when true unfairness happens you're suddenly strong AND devasted.

this is one of the infernals questions of being a human

mercredi 13 juin 2012

j'ai du temps

Qui-c'est-t'y le môsieur (oui "môsieur" hein, passque la madame elle est occupée à être une adoratrice de satan qui saigne sans être blessée alors bien-sur il ne faut pas l'écouter!) qui a eu tellement de temps pour penser qu'il a taxé les simples d'esprit de la possession du bonheur absolu?
Qui-c'est-t'y qu'a comparé les poches à pipi à de grosses ampoules?
Qui-c'est-t'y hein qui-c'est-t'y???
Et ben ce sont des philosophes! les bon gros (ou maigres hein, en général la passion du cerveau coupe la faim mais pas la soif) philosophes qu'ont rien d'autre à faire qu'à penser! Parceque quand tu travailles 15h d'affilées dans un champ pour te nourrir ou que tu dois te taper 30 bornes à pied sans chaussures tous les jours pour ramener de l'eau à tes gosses, ben tes muscles ils t'intiment le silence.

La philosophie c'est la croyance de ceux qui croient trop en l'homme.

Je ne critique pas, non! Car il faut en avoir dans le cervelet, pour placer en quelques mots tous les penchants humains.
C'est juste qu'aujourd'hui je suis fatiguée de ressasser les causes de toutes les conséquences; de chercher la raison de tous les raisonnements.
Parfois je voudrais la clareté: la confiance absolue que je détiens la vérité, ma vérité, bonne pour moi, faite pour moi et ne plus en dévier, quitte à ne pas accéder à celle des autres...

Et si je détenais la pierre philosophale, c'est la pensée que je choisirais de matérialiser!

à non, le cinéma s'en charge déja...
merci môsieur le 7eme art!

vendredi 8 juin 2012

parcequ'en ce moment je lis confucius

parfois comme ça la vie vous met sur la route de gens completement compatibles
de personnes qui semblent faites pour devenir des amis,
de vrais amis, de vrais amis à vous, comme vous, pour vous!

on le ressent comme un étonnement, par exemple quand elle rit aussi fort à la même blague pourrie que vous.
on se retourne, on regarde, on jauge et on est interloquée car on ne s'y attendait pas: si peu de personnes nous complètent dans un monde si vaste et si peuplé...

(ou alors faut être mort de faim ou fan, mais ça c'est un autre sujet.)

Cela m'est arrivé à plusieurs stade de ma vie et à chaque fois sans que je le cherche.
Et depuis, je conserve ces amitiés comme une pitite chose précieuse et multiplement unique.

Mais parfois je me pose cette question:

Doit-on tout faire pour arrondir les angles lors d'une discussion où l'on a pas le même avis, ou doit-on risquer l'embrouille?
Doit-on considérer ses amis comme sa famille qui, dans l'absolu, est sensée ne jamais nous en vouloir longtemps, et accepter par amour le parfait comme le pire de notre caractère?
Doit-on se dire: et bien c'est mon amie, mais je suis comme je suis, je pense ce que je pense, donc si elle n'est pas daccord et bien tant pis c'est qu'elle n'en valait pas la peine?

Hum... l'amitié est tel le sucre chalumeauté sur la crème brulée: très bon, très beau, couvant la crème, mais cassante dès les premiers coups de cuillère...

Ce que je fais quand ça arrive?
Donner mon point de vue et pourquoi j'ai ce point de vue sans absolument vouloir changer celui de la personne en face.
J'essaye de comprendre quand cela me semble important ou je laisse juste couler quand c'est une broutille.

Mais quand pour nous il s'agit d'une broutille alors que ça semble hyper important pour l'autre, comment réagir?
Toujours pareil quitte à s'écraser, ou envoyer bouler quitte à blesser?
Et, si c'est important pour l'amie juste parcequ'elle est fatiguée à ce moment là, ou qu'il y a autre chose qui la chagrine et que du coup sa susceptibilité s'en trouve aiguillonnée...

Hum... qu'est ce qui fait que certains, malgré leur vie et ses changements autour arrivent à souvent être justes et faire la part des choses, quand d'autres se laissent déborder par leur humeur quitte à aller jusqu'à la rupture amicale?

Certains penseront à la sagesse, à une certaine philosophie apprise ou innée, selon une enfance heureuse ou non, une bonne connaissance de la nature humaine...

Bref, quels sont les facteurs qui font de nous de bons amis?

mardi 29 mai 2012

kavinsky

3 minutes de mains qui suent et de saccades endiablées
3 minutes de transpiration et de cris survoltés
3 minutes d'extase et de sanglots surchargés
le coeur qui déborde et les lèvres qui hapent
et la gorge qui jailli et le dos qui se cambre
de la sorte et de la sorte d'un bouillon d'océans
la musique est un art universel et solitaire
les étoiles ne sont qu'un pâle reflet... de son appréciation.

et maintenant rêve

mardi 15 mai 2012

des larmes et des plumes

C'est en passant ce midi devant un groupe d'ados s'esclafant devant un pigeon mort que je me suis remémorée:

Je devais être en CE1-CE2. Le prof nous passait un documentaire animalier sur la vie des pélicans. C'était super, c'était notre premier film avec les copains-copines, notre premier film à l'école surtout: trop trop mieux que les calculs et la grammaire!!
Et puis voila-t-il-pas que le pélicant il meurre. Laissant derrière lui ses petits affamés (ou ce sont les petits décèdent, j'sais plus mais c'était grave, et c'était la mort!!)!
Non, mais comme ça! Juste devant mes yeux, le drame absolu!
Moi qui n'avait encore expérimenté de la mort que les blattes racornies sous les coups d'insecticide de ma mère, et qu'agée d'environ 1 an je suçotais vaillament croyant qu'il s'agissait de grains de raisins tombés par terre : c't'aubaine!
Une crue intérieure m'a soudaint noyée. Des larmes grondantes et bouillonnantes. Des larmes que la pitite barrière de ma mahousse volonté pourtant, n'a pas pu contenir.
Et devant mes camarades moqueurs et pouffeurs et brandissant des index encore boudinés d'hilarité, je me suis transformée en geser de morve et de larmes, mélé à la rougeur pivoine de la honte et de la frustration de ne pas pouvoir, ET sauver la vie de l'oiseau, ET foutre des grosses baffes à toutes ces hyènes-à-cartable de 7 ou 8 ans!

C'était comme le spectacle de ces boutonneux-ci.
Comment est-il possible d'éclater de rire face à un oiseau mort (ou, concernant mon souvenir d'enfance, s'en ficher complètement et en outre se moquer de la peine que cette mort inflige aux autres)?
Comment parmis ces êtres, d'autres encore y étaient comme au spectacle: à moitié dégoutés, mais totalement fascinés, ne pouvant en détacher les yeux.
D'autres aussi, poussant leurs camarades à aller voir de plus près, et tant qu'à faire à le toucher pour voir!!!
Un autre se cachait les yeux d'horreur, mais d'aucuns ne semblaient tristes.

La comédie humaine!
L'infini tournoiement des sentiments humains face à ce qui l'entoure et qui n'est pas lui.
Chacun sa façon de l'exorciser me direz-vous à juste titre... mais alors pourquoi y en a-t-il si peu que cela transperce de douleur?
Sommes-nous ainsi depuis la nuit des temps, ou le siècle des Lumières nous aura-t-il définitivement déïfiés? Ne nous laissant plus brasser que de l'air pollué, dans notre omnipotence si paradoxalement démoniaque face à une nature dont la plupart préfèrent se moquer...

lundi 14 mai 2012

rougeasse

comment avoir la bouche tel un cul de poule roti?
facile, il suffit d'aller au soleil deux jours de suite en se babigeonnant de crème partout, SAUF sur la dite-bouche; de manger des nouilles chinoises épicées-sa-race, et d'oublier son baume à lèvres le lendemain!

vendredi 11 mai 2012

delachianlie.com

moi me dire qu'être seule c'est bien pour :
*choisir le programme télé "que si je veux mater House à poil dans sa baignoire au lieu de beugler devant du foot de 4eme ligue scoré national 20 je peux!"
*ne pas être obligée de "voir avec mamour", pour accepter sur le champ une proposition de sortie!
*ne pas faire sa vaisselle pendant 3 jours sans un autre regard réprobateur vers l'évier que le sien!
*ne pas se battre avec un amateur de film action-aventure-adrieeeeeeeeeeenne quand on va au cinoche
*et que si on veut garder ses poi-poils pour tenir chaud l'hiver, ben on peut!

par contre, moi savoir bien que ya tellement tout le reste qui se fait à deux avec des coeurs à la place des zyeux... (snirfl-bouhouhou-mouchmouch)

du coup j'ai re-re-re-craqué!
j'me suis réinscrite sur une site pour rencontrer!

mais par contre cette fois-ci j'ai mis le paquet hein! plus question de tâtonner!
j'ai rempli des cases ultra-scientifico-mentalistes grace auxquelles tu n'es mise en relation qu'avec des gens qui te sont "compatibles".
enfin qu'ils disent hein... parceque c'est basé sur un questionnaire du genre: et vazy que tu dois cocher si "t'aime-plus-tes-amis-ou-ta-famille"; et zyva que tu dois mettre sur une échelle de 1 à 40 si "t'es-plus-mer-que-montagne" et bla et bla et quinter-bla. sauf que s'il se trouve que tu te cherches un peu en ce moment, que tu ne sais plus trop ce que tu veux... tu risques de te retrouver attablée quelques semaines plus tard au bar du pmu du coin à vomir les litres de bières que t'aura fait ingurgiter un fiévreux amateur de foutchibol américain!!
autant AFFIRMER que j'ai rempli le questionnaire telle une étudiante chinoise perfusée d'acides aminés!!
alors je claviète je claviète, jusqu'à l'acceptation finale par le site de ma fiche après vérification officielle que je ne suis pas un grosse tepu en rute , et pouvoir enfin accéder au sacro-saint panel de mâles trop-trop que too much que trop trop trop faits pour moua!!!
hihi... là t'en es à une petite excitation bien pathétique qui se terminera 3 minutes plus tard par du parfait misérable quand tu t'apercevras que pour ne serait-ce que voir la personne qui te parle, tu dois payer 117€ pour 3 mois!

ayè j'en suis encore re-re-revenue de ces merdes pour coeur-godiche-à-prendre!!


... jusqu'à la prochaine...

mercredi 9 mai 2012

emmerdation optimistic'

Z'ont deux boutons sur le côté
Pas de talon, pas de lacets.
Pour marcher, j'ai pas mal aux pieds.
Ils sont moelleux et très douillets

Quand je regarde la télé,
Que je recroqueville mes pieds,
Je les sens tout doux sous mes fesses,
Tels des coussinets de tigresse.

Car attention sous le velour,
Ya une semelle qui joue des tours.
Mais elle protège mes talons,
Du sol tout froid de mon salon.

Mes chaussons rouges sont comme une gaine.
Pour que mes chevilles soient saines,
Qu'mes orteils soient plein de santé
A la votre mes petits souliers!

vendredi 4 mai 2012

un monde de bisounours

- ralala m'man vraiment le directeur de l'école c'est rien qu'un sac à pain moisi!
- que-quoi-comment? Infante, surveille tes paroles!
- mais m'man il est mou, il est vide et puis il a une odeur de rassi...
- (rire sous cape maîtrisé) bon, je t'accorde qu'il est particulier et que nous n'avons pas la même façon de voir l'éducation; mais c'est le directeur, tu lui dois le respect : ce n'est pas beau de traiter les gens de miettes (apparté obligatoire car là concrètement je mens: le dirlo est un gros con qui a completement abandonné sa charge, qui ne croit plus en rien: moi à la place de sac à pain je trouve que trou du cul très sale serait plus adapté, mais bon, je-dois-donner-l'exemple-je-dois-donner-l'exemple-je-dois-donner-l'exemple!)
- oui mais m'man, j'ai pas dit de gros mots!!
- (fou-rire sous cape presque maîtrisé) en effet. alors dit-moi, qu'est ce qu'il a dit qui t'a encore chiffoné  ma petite rebelle?
- et ben il a dit que l'année prochaine tous les bons élèves partaient et qu'il ne resterait plus que la racaille! c'est pas beau hein ça maman, c'est pas beau?!
- (pour le coup, les hocquets sous cape ne sont plus de rire!) ma chérie, tu me passes ton carnet de correspondance s'il te plait? la cane délinquante que je suis a soudain envie de becquetter du quignon!

lundi 30 avril 2012

amour filial

ma chérie range ta langue.
range ta langue je te dis!
namého range ta langue, c'est pas beau!!
aaaah c'est comme ça? ben si c'est comme ça, tu verras plus tard, tes dents ressortiront et t'auras pas d'amoureux!

... hum... ben c'est pas grave maman, ça sera comme toi.



ou l'art enfantin de se prendre un retour de flamme


vendredi 27 avril 2012

bref, je suis conne

être conne, c'est dire à son gardien homo que le rhum qu'on vient de lui offrir, pour le remercier d'avoir réparé notre porte, n'est pas un rhum de pédé!
agir comme une conne, c'est s'en rendre compte, et pour se rattrapper lui proposer de le payer grassement pour repeindre notre cuisine alors qu'on allait le faire nous-même car on n'a plus d'argent...

mercredi 25 avril 2012

aphasie

je ne veux plus témoigner aujourd'hui,
je n'ai pas envie, je suis fatiguée.
fatiguée d'entendre des cons se battre pour le pouvoir alors qu'on risque de manquer d'eau.
fatiguée d'être mattraquée par les relateurs de ces conneries.
fatiguée des hommes.
mais ça, ce n'est pas nouveau...

je ne veux plus me taire aujourd'hui,
mais je ne le peux, je suis fatiguée.
fatiguée de m'adapter, de louvoyer, d'être recherchée pour des pensées parfois éclairées.
fatiguée de ne pas HURLER la rage et l'incompréhension mêlées.
fatiguée de ne pas cracher.
mais ça, ce n'est pas nouveau...

je vais me fondre aujourd'hui
je vais me fondre pour dormir.
dormir entre les mots puis les lignes et les phrases de mes auteurs préférés; et m'y noyer.
dormir dans les romans, et les esprits libres de se tromper.
dormir sur la pellicule.
mais ça non plus, ce n'est pas nouveau...

lundi 23 avril 2012

j'ai accouché d'une banalité

c'est parceque la vie emmène nos viscères dans ses flots, qu'elle est intestine.
c'est quand on sent que le sang a un sens que ses vagues nous emportent.
dans le ventre, on enterre et on dépote. par le ventre on accueille et on accouche:
nos entrailles nous conditionnent, nous déplacent ou nous foudroient.

la douleur ou les cris de joie n'ont qu'une cause, notre sentiment intérieur. qu'une conséquence, notre appréhension de l'extérieur.
pour chaque information présentée, notre usine de carbone interprète les données en fonction de ses gazs et tanins...
le goût en bouche de notre passage éphémère nous le rend concret et s'impose à nous même.
notre matrice nous fait voir le monde à l'aube de ses pulsions gastriques,
le coeur n'y est pour rien, lui ne fait qu'insuffler l'oxygène, qui nous a engendré terriens...


lundi 16 avril 2012

oreillettes affolées

Mon coeur a voulu détaler.
Faire comme si il avait des pieds.
Soudain épris de liberté!

Mais d'un coup les coups sont tombés;
et des mirages d'entourloupes
ont déchiré son sang-mélé!

Mon coeur curieux était avide,
d'émotions et de nouveauté.
Mais à trop voir il s'est vidé...

Puis sur ventricules décharnés,
supplie mes côtes de lui laisser,
un passage pour se réfugier...

Désormais mon coeur prie ma tête
de le reprendre en esclavage,
et d'à jamais rester honnête.

Bien au chaud, ses plaies a pansé.
Les veines ne sont pas rancunières,
et mon coeur apprend à s'aimer...

mardi 10 avril 2012

à propos de mon cul

quand tu passes devant deux post-pubères aux yeux inquisiteurs...

-"ralala ça devrait pas exister ces trucs-là!"
-"mais oui voyons, c'est juste qu'il devrait y en avoir plus"

... ben à 34 ans (et des brouettes de bananes), CA COMPTE!!!!!

vendredi 6 avril 2012

bricolage amoureux

- tu sais m'man mon amoureux il m'a fait un cadeau aujourd'hui.
- à bon? mais c'est trop mignon ça ma chérie. et il t'a offert quoi dis-moi?
- et bien une poignée de tiroir!
...
air incrédule
...
air abasourdi
...
air quelque peu hébêté
...
-mais m'man elle est belle hein la poignée! c'est sa maman qui a démonté la commode qui était cassée et il a demandé s'il pouvait la garder, car en la voyant, il a pensé à moi, qu'il m'a dit.
...
air affolé!!!
...
-tiens m'man regarde:


...
air rassuré!

mardi 3 avril 2012

brushing bi-goût

depuis hier je me trimballe un brushing parfait. le premier brushing parfait de toute ma life!
tellement parfait que, telle une reine de la mère-grand-attitude, j'me suis douchée en portant un bonnet tout laid en plastoc, comme je croyais que ne pouvaient en porter que les décomplexés des années 60!

du coup, avec mes nouveaux-cheveux-qui-rendent-beau, jme regarde dans tous les miroirs qui se présentent; irrémédiablement attirée par mon reflet, telle une magnifique fleur de tiaré... alors oui, en français il faudrait dire narcisse, mais narcisse ça fait pas exotique, et pi c'est mon blog alors je dis ce que je veux, et pi ouais j'deviens conne, mais parait que c'est un attribu qu'est livré avec la beauté alors je teste et je péte (pas de péter hein, de pétasse!!)!!

pour revenir aux miroirs magiques, il se trouve que j'en ai un au bureau.
du coup -et c'est devenu automatique depuis 24h- en passant devant jme suis mirée.
et puis aussi j'ai fait la bouche en cul de poule avec les yeux plissés pour faire tasse-pé, tout en marchant comme sur les planches avé la main sur la hanche (bah oui hein sinon ça sert à rien de faire des brushings parfaits!).

c'est très satisfaite de moi, que je m'en retourne à mon desk.
c'est moins satisfaite de moi (et de loin!!), qu'en y retournant, je croise le regard hilare du voisin se gaussant à sa fenêtre...

alors oui j'ai honte, c'est indubitable, je me suis même cachée dans mon armoire à fournitures, fermement décidée à y mourir!
sauf que là il est midi et que... ben j'ai faim...
j'ai même très très faim!
mais je crois que je vais me contenter de sucer mes tic-tac...

bref j'ai un brushing parfait! ;)

un peu de pub

lien vers LE cool

chers amis parisiens et snobs, oyé-oyé!

nous, les adorateurs des deux seules rives françaises à valoir le coût, de NOTRE shopping du dimanche à saint germain et aux puces de" porte-de-clign", de NOTRE bien aimée dame de fer, de NOTRE arc, de NOS jardins et de NOTRE Louvre, de NOS cafés, de NOS pavés, de NOS-NOS-NOS et puis aussi NOS... bref de NOUS!
puisque Dieu a crée les parisiens à son image omniscients et omnipotents.... nous sommes tous du même avis! 
bien... je m'éloigne quelque peu du sujet; je divague, je divague, mais ce sont des choses assez évidentes pour être martelées!
bien-bis... comme tout le monde en est conscient, reprenons ici notre idée de départ (sans pour autant cesser de rêver à sauter tout nu dans la seine d'un des flancs de l'île Saint Louis pour nous abreuver de NOTRE très saint fleuve - uniquement saint à cet endroit nous sommes bien d'accord!!):

autant Paris c'est IN, autant la banlieue c'est morose, la banlieue c'est pas rose!

MAIS CA C'ETAIT AVANT!!!

car voici-donc-til-pas qu'un havre de chouettude chaleureuse et moderne et vintage et lounge et authentique et TOUT, vient d'ouvrir ses portes à notre porte!!!!!
incredible-mais-vrai: Ivry est allé pêcher Brooklyn à la canne et l'a ramené en son sein histoire de bien nous foutre les boubourses!!!

une fois n'est donc pas coutume je vais donc enjoindre et psalmodier:

courrez, courrez jeunes damoiseaux, en quête de sons enfiévrés
courrez, courrez jeunes damoiselles, retrouver une ambiance décalée qui recadre tout....
courez, courrez jeunes et vieux et vous tous, vous délecter du nec plus ultra, du suc hydromélique d'Ivry: le BNB!!
.
.
.
... en plus le patron l'est trop mignon!!!!!!!!

vendredi 30 mars 2012

mes voisins sont laids. mes voisins s'aiment. mes voisins laids s'aiment.

sur le chemin de mon mini chez-moi, je croise mes voisins.
bonjour-bonjour, sourire-sourires et voila.
ils sont heureux, ils se sont trouvés ils se tiennent par la main et marchent de concert.
ça se voit: il vont dans la même direction! (bon, quand on se ballade, autant aller du même côté hein... sinon c'est un peu con quand même...)

moi, je vais dans le sens opposé, toute seule, et d'un coup j'me sens encore plus seule...
sont relous les mecs sans déconner!
à s'afficher comme ça et à m'obliger à penser comme Brassens...

le fait qu'ils soient physiquement en dehors des schémas de beauté actuels me ravi. c'est une preuve que l'amour peut être réel, vrai, non-entâché d'enclins superficiels.
et surtout me renoue un peu avec l'espèce:
l'amour est la seule chose instinctive et naturelle dont l'homme ne s'est pas encore débarrassé et qui, paradoxalement, fait notre humanité...
il nous reste peut-être une chance qui sait...

sauf que non, car j'envie leur amour mais pas eux!
je n'arrive à les trouver ni beaux ni auréolés de quoi que ce soit.
je trouve même ça dégueulasse et injuste!

mais ça c'est justement mon côté trop humain... celui qui plombera la planète!!!

il a les mots Georges!

jeudi 22 mars 2012

littérature de mon sang

Hallucinant comme l'on peut rire, pleurer ou frissonner à la lecture d'une tournure-amie, d'une expression aux sonorités maintes fois entendues, d'un écrit particulier, qui pour moi prend racine dans une enfance outre mer...

La littérature créole me fait cet effet!

Parceque j'en suis loin? peut-être...
Parceque je grandis? tout à fait !
J'ai choisi de vivre loin du sable volcanique de mon enfance, pour me rapprocher du parlé et du style de vie de l'en-France, d'une urbanité compacte et du facile accès à une culture cosmopolite et omniprésente.
Et voilà que je me décide à reprendre mes classiques îliens, de lire et relire les onomatopées-écrites et le créolisme chantant des auteurs antillais.
Quel bonheur, quelle chaleur, quelle plongée historique!!!! Tout y est question d'histoire métissée!
A chaque ligne de chaque phrases pour chaque personnage qui se croit imbu de sa propre personnalité -alors qu'il n'en est rien-, je me sens comme physiquement happée par des racines invisibles qui me téléportent là-bas telle un fou-fou assoiffé d'hibiscus.
Comme il est doucinant d'appartenir... Comme il est doux de s'en rendre compte: c'est une cause interne qui ne conçoit aucune perte de foi.

Je possède deux terres et deux esprits; quand je suis en une, l'autre me manque et vice-versa.
Je suis patriote de mon histoire mélangée!

yéti mon amour

lundi 19 mars 2012

gueulante olivale

Hier en revenant du cinéma avec l'infante, je tombe sur un joli petit marché qui a posé ses pénates au coin de ma rue.
Un pti truc mignonet qui se veut authentique, genre chalets acueillants et bonne odeur de produits frais...
J'aurais préféré ajouter "produits régionaux", mais à Paris les trucs de régions, c'est plutôt pas issu de la paysannerie, à moins qu'un jour on nous propose d'la cochonaille en béton, tu sais, quand les robots nous auront mis en esclavage et que malheureusement à Paris ya pas Will Smith ...

........................intermède musicale d'illogisme galopant...................................

Je disais donc: chouette un marché, chouette ça sent bon, chouette j'm'en vais gouter!!

Après une dégustation de saucisson, de miel, de savon, de brioche et de tomate-olive-poivrons (ne pas chercher l'erreur!!), j'ai jeté mon dévolu sur la tapenade-locale-de-la-région-qu'elle-est-loin:

-miam, j'vais prendre celle-là s'il vous plait môsieur, souriais-je toutes papilles béates
-très bien chère demoiselle (j'l'ai aimé tout de suite c'brave homme!!), une ou deux louches?
-heu... c'est servi dans quoi?
-dans du film alimentaire
-ah! (Didine arrête d'être snob, arrête d'être snob!) ben alors, va pour une louchée dans du plastique... en même temps, fallait bien qu'le pétrole s'en mêle... hein?!... siouplé
-très bien, ça vous fera 14.32€, aller, soyons fou, j'vous'l'fais à 14€ mais c'est bien parceque c'est vous (complicité quand tu nous tient!!!)

J'ai payé sans moufter et m'en suis allée avec mon baluchon de tapenade sous plastique transparent.

Maintenant, comment expliquer la rage contenue? Celle qui sourd de tes pores chauffés à blanc, celle qui pique d'acide façon, mais que l'orgueil retient fermement tapie, telle une maîtresse-chien expérimentée...

SANS DECONNER 14€ POUR 300GR DE TAPENNADE DE MERDE!!!!!!!!!!

Mais où va-t-on? Hein? Où?
Tu m'étonnes que le goût se perde!
On te dit que ce sont les producteurs qui sont lezés par les marges astronomiques des distributeurs, et qu'ils ne s'en sortent plus.... mais là le brave homme qui m'a vendu sa purée (ok j'dis purée parceque je suis en colère, mais qu'est-ce-qu'elle est bonne sa purée!), il ne s'adressait volontairement (ou alors c'est un hypocrite en bleu de travail) qu'à la partie la plus aisée de mon quartier (shame shame shame!), la seule qui pourra jamais connaître le vrai goût des choses, l'élite, qui une fois de plus, chie sur les plus défavorisés afin qu'ils n'aient plus que ce goût entre les dents (Mélenchon sort de ce corps)!

Et puis, comme Didine a tendance à cogiter de tous les côtés, à se remettre en question tous les quatre matins, sa rage s'est retournée contre elle-même: après-tout, sans doute est-ce elle qui ne gagne pas assez...

C'est donc une Didine aigrie mais empathique, révoltée contre le capitalisme outrancié mais aussi contre elle-même, qui a déja fortement entammé la tapenade-caviar entre moult soliloquations éperdues!

lundi 27 février 2012

sente cardiaque

Il est un domaine où je me domine!
Un domaine particulier où JAMAIS il ne faut penser que tout est acquis.
Ce domaine est une forêt,
Une forêt domaniale cardiaque dont chaque arbre est une artère.
Il est pavé de buissons feuillus, de clairières, de mousses et de sentes dessinées au fil du temps par les  farfadets de mon esprit.

L'amitié est ce royaume enchanté qui a sa propre existence, qui est une vie dans notre vie.

Ma forêt est petite, ma forêt est fragile, ma forêt est sacrée.
Je m'y réfugie pour m'y soigner en même temps que j'y dispense mon suc.
Chacun de mes arbres est rattaché à une partie de mon coeur.
Une partie spécifique pour des arbres spéciaux.

Aucun arbre n'est le même, mais pour les faire grandir je leur applique le même soin:
mon soin, ma façon de panser et penser...
Dans ma forêt il y a des arbres séculaires: il y en a peu... très peu... un nombre rare, un nombre infinitésimal.
Dans ma forêt il y a des arbrisseaux plus forts que les gros. Des lianes connectiques et magiques. Des fleurs colorées et d'autres mystérieuses, mais toutes chatoyantes. Des jeunes pousses, mais aussi des centenaires...
Ils sont tous entourés de terreau... mon terreau.
Les jeunes amitiés choisies avec la maturité enfantine de mes trente ans, ne me semblent pas plus évidentes, du tout; mais me donnent moins de travail car elles correspondent à ce que je suis aujourd'hui.
Quant à mes amis-chênes/chaînes aux racines desquels j'ai grandit et évoluée. Ils me demandent plus de concentration: il me vient plus de douleur à les laisser évoluer sans moi, puisque quelque part on a grandit ensemble...
De l'éducation indépendante qui m'unit à mes jeunes bouleaux; de ce nécessaire va et vient naturel et fortifiant, il me faut l'adapter aux aînés.
Je m'y résoud cependant car, de ma forêt dépend ma vie et qu'au contact de l'univers terrestre on ne s'enrichi que d'expériences!

Mon amitié est fusionnelle, elle est mon poumon. Telle l'amazonie à la terre, je ne pourrais vivre sans elle.
Avec le temps j'apprends à respecter sa personnalité propre, à me dire que c'est sa vie qui fait la mienne, que je m'en nourris et que je grandis.

Comme j'ai pleuré sur mes arbres déracinés, tombés, éboulés, décimés...
Mais je me rends compte que ces clairières sont tout aussi nécessaires: Elles rechargent le vent de mes pensées, me permettant de regarder en arrière pour davantage faire de place au présent.

mardi 21 février 2012

complainte dorsale

Mon mal de dos, il est tout chaud!
L'est si bien là, qu'il me chouchoute.
Aussi accroché qu'une moumoute:
Veut pas me quitter, le bobo!

Mon mal de dos, j'le paie plein pot!
Peux plus m'assoir, peux plus m'pencher.
Malgré les médocs avalés,
L'est comme un satan de suppo!

Mon mal de dos, il est pas beau!
Maintenant qu'il me tate les reins
Et que je n'peux plus voir au loin,
Car pliée comme un escabeau!

Mon mal de dos, maint'nant il faut
Que tu te prépares mon coco.
Car chez mon ami l'osthéo,
J'ai pris rendez-vous au plus tôt!

jeudi 16 février 2012

je ne sais

Il y a des histoires qui sont magiques.
Il y a des histoires que l'on s'inventent,
Il y a des histoires que l'on s'imagine vivre pleinement.
Il y a des histoires qui nous font oublier le gris tout autour.
Il y a des histoires qui nous emmènent hors du troupeau,
Il y a des histoires qui nous sortent de la banalité affligeante des jours dits "normaux". 

Et il y a des musiques qui nous insufflent ces histoires.
Une de ces musiques me colle à la peau :)

In this shirt

mardi 14 février 2012

renard suite ;)

les choupinous, jme re-lance dans ma vraie vocation de la base de la base de ma jeunesse-avé-des-paillettes-in-the-eyes:



les renards? non, les palettes de couleurs ;)

lundi 13 février 2012

de la frustration

cette nuit j'ai rêvé,

j'ai plutôt cauchemardé de trop d'humanité.
cette nuit je me suis rappelée à la chair.
cette nuit mes regrets ont mis à mal mes remords.
cette nuit j'ai ressassé l'histoire d'un soir lointain, la seule histoire d'un seul et lointain soir...

cette nuit-là, je reviens à sa porte, juste quelques minutes après mon départ de chez lui pour l'apéro. le temps de réfléchir, le temps de me battre contre le temps.
"ouvre c'est encore moi"!
il m'ouvre, il est déja en pyjam
"je peux dormir ici?" , " je me ferai toute petite promis"
sourire... la porte me laisse passer...
et d'un coup je palpite.

je me couche, je me ratatine près du mur, mon coeur battant la mesure de tambours enfiévrés.
je sens son regard dardé sur moi. je me retourne, toujours en boule, face à lui.
et le jeu commence. le jeu pour lequel j'ai décidé de me risquer...

il est debout à côté du lit. il continu de sourire (mon dieu qu'il est beau!)
il enlève son tee-shirt (fêlure de mon myocarde!)
il éteint. il s'allonge.
moi si bavarde je ne pipe mot: il est physiquement ce que je recherche... merde! (enfin, pas si merde que ça hein, j'm'en doutais qu'c'était une beauté fatale, j'aurais pas joué sinon: "on m'l'a fait pas à moi!!!" tentais-je pauvrement de m'auto-coacher)

sa chaleur envahit les draps... surtout ne pas s'approcher... surtout pas de contact...
les draps sur ma peau deviennent insupportables.

"tout va bien"? demande son souffle sur mon cou.
bien sur que non ça ne va pas! je sais ce jeu. je refuse d'y perdre!
mais un à un mes sens commencent-à refuser mon contrôle...
je me débarrasse de la couette pour toute réponse et lui donne mon dos: surtout pas de contact.

"tu ne réponds pas?" s'imposent soudain de concert ses mains sur mon ventre, son torse contre mon dos, son sexe sur mes fesses, ses lèvres sur ma nuque.
son corps est en béton. une masse rigide et chaude s'emboitant parfaitement malgré le drap qui nous sépare.

je sais les règles. je sais qu'il ne doit rien advenir de plus, qu'il ne faut pas, qu'on ne doit pas.
je sais surtout qu'il sait, et me rends compte à quel point je me suis surestimée:
de pseudo-prédatrice croyant mener son monde, je deviens proie-absolue et mécaniquement controlée.

ça a été quand la frustration fini par m'arracher un soupir, que le froid est revenu...
il s'est écarté doucement.

ne reste sur mes cheveux qu'un baiser résiduel...

moi qui n'ai pas bougé, pas craqué physiquement, je ne dis rien. je ne tente même pas de feindre la gagne, le contrôle, le rire.
ç'aurait été inutile il m'a terrassée le bougre; mis mon désir en pièce.
il le sait. il a gagné c'est tout.
il est temps de ne plus m'offrir qu'à Morphée.

bijoux des bois

j'aime les bagues, j'aime les bagues, j'aime les bagues!!!
mais j'en porte jamais car... ben, essayer d'habiller 10 petits boudins blancs, ça fera toujours que des boudins endimanchés... bref c'est laid!

donc j'aime les bagues, mais j'ai beau tenter toutes les teintes de vernis, le vernis sur du boudin, ça fait rouleau de printemps et, j'fais pas non plus dans la boustiffaille...

MAIS!

mais j'ai craquééééééééé sur des bagues trop-trop mimis qui m'ont sautés dessus chez H&M, telle la chasseresse alpaguée par le fameux lapin au fusil: "si tu m'achètes pas jte tue!!"

tadaaaaam: (on s'croirait pas dans un roman doigtesque??!)

jeudi 9 février 2012

môman

c'est courronnée d'une fièrté absolue et très sure d'elle que la semaine dernière ma nana m'annonçait officiellement que ça y était, cette fois-ci, elle avait un amoureux-pour-de-vrai!

à seulement (presque) 10 ans j'ai trouvé ça douteux -et surtout TROP précoce-, mais je comprenais soudain la nouvelle affection pour les robes et accessoires de princesse, de mon encore tout récemment garçon-manqué!

je me suis donc prestement interressée EVIDEMMENT:

- comment ça  "pour de vrai" ma puce, tremblais-je
- et bien c'est que lui aussi il m'aime aussi quoi!
- ah... OUF!!!
...
- et sinon il ressemble à quoi? il est fort à l'école? ses parents, ils font quoi dans la vie? il s'exprime correctement? il est gentil avec toi hein? il te pique pas tes crayons???

oui-oui-oui j'ai posé toutes ces questions oui!
j'avais honte intérieurement mais c'était plus fort que moi; un instinct de poule hyper-préhistorique m'avait soudainement envahi: il FALLAIT que je sache! il fallait que je sache... pour approuver... OU NON!!!!

dans l'ensemble j'ai de la chance, ma fille a les même goûts que moi: ça nous évitera de trop nous crêper le chignon à l'adolescence (oui, je sais, c'est une douce utopie...) et de devenir une mère-qu'elle-est-nulle-ta-mère...

seul bémol, le prénom!!! un genre de vieux prénom pourri de soap américain comme je les déteste... pauvre enfant...
mais je pardonne tout de même cette faute de goût parentale: ce jeune prince prend la défense de l'infante dans la cour de récré et va même jusqu'à s'interposer physiquement dans les querelles, même quand ma sacripane a tort et refuse de l'admettre!!!

je suis donc fière A MORT.
tant qu'ils ne s'embrassent que sur la joue, j'ai magnanimement décidé de le tolérer.

mardi 7 février 2012

intelligencia...

On dit que parler seul est preuve d'intelligence... oui on le dit; oui, on dit qu'il parait..
Je suis tout à fait d'accord avec "on" et son "il parait". S'il fallait voter, ce serait POUR, c'est tellement rassurant.

Sauf que...

D'abord, il y a plusieurs catégories de "parler-seul":
Il y a ceux qui commentent à voix haute ce qu'ils font (je n'en  appartiens pas)
Il y a ceux qui énoncent ce qu'ils vont faire: ceux-là sont plutôt dans le discret, ils se murmurent ou se chuchotent à eux même.
Il y a ceux qui pensent avec leurs  mains (j'en connais qui écrivent ou comptent dans l'air avec leur index)
Et il y a ceux qui discourent en marchant: tel est mon cas!

J'invente carrément des situations en faisant intervenir des personnages auxquels je réponds. Evidemment ces scénettes sont inspirées de ma vie et de celle de mes amis.
En général je suis la voix de la justice et ce que je pense l'emporte toujours, tellement je le dis avec véhémence...
Et oui, pour être véhémente toute seule je le suis!
Sauf que la plupart du temps, en ville, on n'est jamais seul dans la rue, et je passe forcément TOUJOURS par cet éclair de lucidité où je me rends compte que je parle à voix (très) haute et fatalement, à portée d'oreilles étrangères...

Exemple probant:
pas plus tard que ce matin dans le métro, je rabrouais mentalement (enfin, que je croyais), mais non moins sévèrement, le compagnon de mon amie, le traitant de vieux macho égoïste!
J'en étais éxactement à : "j'en ai rien à branler" quand un jeune charmant m'a croisé en riant sous cape!!!!!!

Alors voyez, c'est dans ces moments-là, que j'aimerais que la maxime soit fausse afin d'être rassurée.
Au moins quand t'es con, tu ne te rends pas compte que tu finiras seule, très seule, avec tes cheveux blancs pour toute compagnie!

lundi 6 février 2012

et triple oilp!!

N'en pouvant plus de mes poils interfessiers, j'ai décidé de naïve façon de les éradiquer avec le laser!

"Mais didine, cela ne va-t-il pas atomiser ton menu-porte-monnaie"? me demanderez-vous à juste titre. Et je vous répondrai que "once in my life" j'ai fait ma comptable, et que quand j'additionne à peu près tous les pots de cire nécessaires à mon dépoilage annuel, et bien ce n'est plus si cher que ça, mais plus DU TOUT!!
Comme j'ai peur du laser, je suis quand même allée voir un dermato, un vrai, pas comme ceux des centres de laser où ce sont peut-être des vrais, mais sur lesquels il y a tellement de polémique que j'y vendrai pas ma peau ... de uc... c'est le cas de le dire !!

Le jour-J, c'est donc toute confiante (et même jubilante à l'idée d'éradiquer de façon éternelle ma pilosité... oui rien que ça!!), que je me prépare à ma séance; surtout que j'ai eu au préalable un entretient avec le-dit docteur qui m'a rassurée, me disant que j'étais bien blanche (enfoiré: j'INCARNE la négritude!!!) et que j'avais les poils bien noirs, et que donc ça fonctionnerait très bien.
Je souris même intérieurement, car comme il m'a prescrit de la crème anesthésiante, j'arrive toute enrubannée de cellophane sur le cu-cul!! Il va sans dire qu'enrouler cette partie de ton anatomie dans du plastoc (pour que la crème fasse davantage effet ndrl), n'est pas une mince affaire! De plus, le port du pantalon est quasi-obligatoire si tu ne veux pas qu'on te suive à la trace de ton bruit de sachet!

Evidemment c'est là que les choses vont se gâter!
Le doc a plus d'une demi-heure de retard et ma crème, ben j'l'ai mise pour que ça fasse effet dans l'heure voir les deux heures après application! Je commence donc à suer sous mes cheveux et discrétos passe la main sur ma région pubienne (oui ma teuche quoi!!!) pour vérifier que je ne sentais rien: mon impression de "bois" avait diminuée, mais était encore là quand ce fut mon tour: "ouf" me TROMPAIS-je!!!

Le rituel commence: j'me déshabille, j'm'allonge sur la table, j'mets mes lunettes"star-wars" anti-laser... et je pense...
Je pense que le gars qui prépare son laser-là est peut-être un docteur, mais qu'il est dermato, càd qu'il n'est PAS gynéco, ékedonk il n'a PAS l'habitude de voir des founes à longueur de jours, ékedonk il n'est PAS blasé, ékedonk il va me matter!!!

J'en sue davantage bien sur!!! Mais ça n'est pas cette raison qui a mit de la buée sur les lunettes-de-guerre, ce n'est pas cette raison qui a trempé la table de consult' et ce n'est pas cette raison qui a transformé mon ventre en béton et mes ongles en sécateurs de peau non!!!

La raison fut la honte de m'infliger ça alors que j'allais bien AVANT!!!
La raison fut la détestation du-dit matteur-sadique,
La raison fut cette odeur de brulé
La raison fut cette impression de passer sous une machine à coudre,
Bref, la raison fut LA DOULEUR-it-self!!!!!!

Si j'avais pu appeler ma mère j'l'aurais fais sacrebleu!!

J'ai non seulement pleuré pendant, mais j'ai aussi pleuré après en mettant la crème anti-brulure (TU M'ETONNES FAUT AU MOINS CA!!!), j'ai pleuré en m'habillant, j'ai pleuré en passant devant les autres nanas de la salle d'attente, j'ai pleuré devant leur air compatissant (SALOOOOOOPES!!!), j'ai pleuré dans le métro car j'pouvais pas m'assoir, et j'ai pleuré chez poto car... car, ben j'voulais être plaint!

Le pire: la deuxième séance!!!!!!!

vendredi 3 février 2012

j'ai froid

je gèle, j'me les caille, je grelotte et ça craint du boudin!
j'coule du nez, je pèle, j'ai des plaques et ça m'les brise un brin!

j'carbure au vicks, au doliprane, aux mouchoirs jetables et ça m'fait ch*** sévère!
j'porte de grosses chaussettes, des damarts, des moufles et ça m'empapahoute sa mère!

j'ai mal au crâne, j'ai mal aux yeux, ma peau tiraille et j'en peux plus du tout!
j'monte le chauffage, je bois du thé, j'mets mon bonnet et je rêve du mois d'août!

les épaules rentrées, le cou baissé, les fesses serrées et je maugrée aux vents
les lèvres crémées, les mains crémées, le nez crémé et je maudis le temps

l'hiver ne vaut que pour le ski, et moi, j'aime pas le ski!
heureusement ya des belles bottes et j'habite à Paris...

mardi 31 janvier 2012

de la zenitude

dimanche dernier, ma coupine d'amouw de jeunesse s'est mis en tête de me faire décolérer!
"mazette mais quelle idée!" vous criez-vous à juste escient!
t'imagines donc bien ma galère intérieure face à ce minois-chéri qui m'exhorte à aimer mon prochain, à pardonner, à m'ouvrir à la zénitude, bref à presque vouloir me transformer en ascète indou ingurgitant sa propre urine...

alors que, preumio j'aime me laver, deusio j'aime posséder des trucs (surtout en hiver les pulls ça t'évite de mourir de pneumonie ou encore d'être arrêté pour attentat à la pudeur) et troisio faut pas déconner, piquer une tite crise de temps en temps ça raffermit les chairs!

pas que je sois extrêment colérique hein, j'suis pas (trop) une hystérique, c'est juste que j'ai du mal à pardonner l'impardonnable.
je ne parle évidemment pas là de l'attitude à avoir face au con moyen, à cette petite moisissure sous-cultivée imbue de ses chancres, non. je suis même du genre à sonder les circonstances explicatives de certaines actions répréhensibles, sans pour autant les accepter, mais pour au moins les comprendre afin d'envisager une réplique adéquate.
Après, il est tout à fait certain que la colère va proportionnellement avec le degré d'affect pour telle ou telle cause, et qu'elle culmine quand il s'agit de la mienne... de cause!

du coup j'ai rué dans ma chaise de bistrot en lui sortant du "philodine" à toutes les sauces dans le genre de: "je te comprends", "j'adhère à la non-violence de l'esprit moi aussi"... sauf que... sauf que je suis humaine et que j'utilise les armes que l'on me donne:

cette colère m'a aidé à surmonter, à affronter une situation et un être sur qui rien d'autre n'avait de prise.
cette colère, mon moi philosophique pense que ç'aurait été une chance de ne pas avoir eu à l'intégrer, mais il s'est quand même rendu-compte que la vie, ben c'est comme la VRAIE VIE, et pas comme un fucking conte à l'eau de rose pour princesses de dessin-animés; car oui les "princesses-pour-de-vrai" sont pas toujours gatées: y'en a même qu'on tue sous des ponts à Paris, c'est dire!
du coup, mon moi et moi ne sommes pas prêtes à laisser filer Sainte Ire. nous le ferons quand le "colatéral" sera en mesure d'éviter lui-même les dommages.

A part ça promis, la prochaine fois que mon amatrice de jean "salsa" préférée viendra, on ira à l'église allumer un cierge pour la paix dans le monde.
vu que l'idéal se passe toujours dans la tête, ya pas d'raison d'pas donner un peu d'l'âme qu'on nous a dit qu'on avait!!!

lundi 30 janvier 2012

tête de paille

aujourd'hui est jour de pub!
pub gratuite car j'imagine ne pas être la seule fifille bouclée du web, et qu'aujourd'hui c'est aussi mon jour de partage.
n'étant pas douée pour carresser (écorcher-scalper) dans le sens du poil sans tirer-crier-pleurer, j'ai décidé ce jour de faire l'apologie d'une crème qui conserve mon hydratation naturelle par le simple fait de ne pas me faire pleurer pendant le démêlage.
une crème qui me tient l'oeil et le moral ravis du fait du rendu "jolie-poupée" de ma crinière et qui, parceque j'ai oublié d'en racheter et que j'ai pas pu l'utiliser, se rappelle à mon ordre dès que je passe devant un miroir, ou que je croise ma brosse à cheveux.

assez de supsens, voici celle pour qui j'en pince:


la jolie, l'ilienne, fleur de tiarée; la jouflue, la goutue, mangue sucrée... rien que pour ça déja t'es obligée d'essayer :)

je remercie capillairement ce masque à rincer qui, après 1 à 2 minutes de pose, te démêle quasi-instantanément les cheveux là où tout autre après-shampoing soit-disant démêlant, te condamne au sort des larmes et des crampes de main!

En plus, avec ou sans sèche-cheveux, ton crâ-crâne pourrait s'auto-proclamer "base à ressort de l'année"; bref hier ma crè-crème me manque. aujourd'hui je fuis mon reflet et vais jusqu'à aimer le froid, car avec ma paillasse, un coup de soleil trop soutenu et j'me transformais en allumette!

petite preuve de ce que j'avance (ok, actuellement j'ai une teinture pourrie mais le clair ça rajeuni il parait... en plus jpeux pas mentir et dire que c'est le reflet du soleil car je risquerais de m'auto-embraser!):

avec                                                                 sans

jeudi 26 janvier 2012

de la recherche

dans la catégorie: j'ne suis pas sure de moi, j'm'affirme sacrément: l'oxymore c'est mon poto !
l'ambiance devient si tendue au boulot que je n'ai presque plus d'ongles!
avoir une peine de coeur, certes c'est difficile, mais se dire qu'en pleine crise mondiaaaaaaaale on risque de te couper les vivres, ça fait sacrément relativiser hein...
alors tout le monde t'explique -les magasines féminins, surtout eux!!- que c'est le moment d'en profiter et de sauter sur l'occasion pour se reconvertir, pour trouver enfin sa voie, avec comme super exemple, cette avocate reconvertie dans les tomates bio, ce consultant en éclusier campagnard, j'en passe et des meilleurs...
la campagne, moi ça me gagne pas vraiment.
je n'irai pas jusqu'à dire que j'aime l'odeur des pots d'échappement, non, mais le "grouilli" des gens tout partout, ça a quelque chose de vivant, et même si l'être humain est complètement anti-terrien et bien c'est le seul langage que je connaisse: ou alors faudrait que j'apprenne à miauler...

alors ma voie... hum mais elle est où celle-là ?
jvoudrais bien avoir le temps de la trouver cette chipite,
parceque quand même faut la faire chauffer la marmite!

scénar omniprésent depuis 24 heures:
- "elle veut faire quoi plus tard ta maman dans la vie?"
- ".... heu... elle le saura bientôt, mais pour l'instant elle flippe"

Moi qui ai toujours aimé l'école (ok-ok, surtout pour les copines), j'espère avoir le loisir de me remettre dans les rangs!

mardi 24 janvier 2012

fan de non-mode

Quand il fait froid, il faut être organisé!
Surtout quand tu cohabites pour quelques semaines avec ton poto-comme-cochon car chez toi c'est les travaux.

Tu prépares tes fringues la veille au soir pour faire vite le lendemain matin (car en plus t'es loiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin de l'école de la naine), mais aussi pour pas réveiller le ronflant ;)

Mais, comme le soir t'es fatiguée à cause du froid qui t'a filé la crève et que du coup t'as la fièvre, ben tu entasses n'importe quoi en vrac sur le pouf.
Du coup, le matin t'es comme une glande (oui au féminin, gland ça donne glande, surtout quand t'es sous Fervex!!) et tu te rends compte que t'as mis un tee shirt court avec un jean taille basse et que ton blouson, l'est pas super couvrant...

Tu te dis que tu vas te geler les ovaires, mais tu ne peux pas faire autrement car t'étais déja à la bourre en sortant du lit! Donc tu te prépares mentalement à affronter l'hiver (cet anti-antillais notoire!!) en sur-couvrant ton cou avec ton écharpe... qui gratte!!!

Donc tu sors, les yeux pré-pleurant avant même d'avoir mis un pied dehors, et... et... et ben rien, que dalle, whalou, même pas froid du nombril!

La solution à ce mystère réside en ta mixture-mode elle-même!!
Dans ton fatras, t'as enfilé ta nouvelle culotte taille haute, chair à pois noirs!
Elle ne va pas du tout avec ton tee-shirt (ni avec ton soutient dailleurs!!!), MAIS qu'est ce qu'elle protège le bide!!

T'as l'air d'un clown, mais pinaise qu'est ce que c'est bon!!!
Vive les culottes montantes, vive les petits pois... bref, vive mon goût pour les sous-vêtements d'antan!!

Preuve que même si on peut mourir du ridicule, au moins le froid n'nous aura pas!!!

lundi 23 janvier 2012

de la moutonerie

qu'est ce qui fait que parfois on soit si timide?
c'est pas compliqué pourtant d'aller au delà du simple bonjour, crotte alors!!
en plus j'suis sensée être super fortiche au jeu de la sociablitié!!!
ben non-non-non là j'peux pas.
contexte:

mes voisins d'immeuble vont fumer en troupeau.
sont à peu-près d'mon âge et ont tous de belles dents (j'le sais parcequ'ils sont toujours super polis et souriants quand j'les croise dans le hall)
alors pourquoi que j'peux pas leur taxer une clope (tousser très fort après mais tant pis hein quand on veux... ben on s'époumonne pi voila!)
j'voudrais leur dire qu'ils sont beaux tous ensemble et que je suis comme une moutone égarée sous la pluie qui voudrait un peu de chaleur humaine.
ok là c'est trop c'est eux qui seraient effrayés ... et à juste titre...

mais ya rien à faire, ya rien qui m'vient et pi j'ose pas, j'ose pas, j'ose pas!!!

pourtant j'sais parler aux gens promis.
j'suis même allée draguer un type dans une cafèt pour une amie: j'ai pas eu peur d'lui expliquer la météo, alors que quand même, c'est le summum de la ringardise, le temps!
peut-être était-ce parceque ça ne m'impliquait pas directement, aller savoir...

et là non que dalle! j'suis paralisada!

quand ils sont en groupe, ils m'attirent mais me font peur.
et quand ils sont tout seul, ben en fait le seul que je croise tout seul, l'est trop mimi alors j'peux pas lui parler: il me fait encore plus peur (les gens trop beaux, c'est pas mon truc, ils ont quelque chose de métalique qui me tétanise!)!!!!

alors aujourd'hui (en fait depuis tous les jours de janvier; ô combien mois des résolutions!) en descendant chercher le courrier, j'm'étais préparée telle une marathonnienne de la t'chatche; clope pré-prête, sourire ultra-mentholé et blague de païen mémorisée: dans tous les cas j'faisais mouche obligé!!

... mais pinaise et si jamais ils me jettent au loup??!

jeudi 19 janvier 2012

j'aime les baleines

qui connait la légende du copain tellement beau que ça te met mal à l'aise GRAVE???
tu sais, ce copain à cause de qui, même si t'es pas dégueulasse comme nana, il te renvoie à coup sur à ta propre image et tu penses en boucle: "pinaise j'ai les bras qui balotent au niveau des triceps, j'ai la cellulite quand je serre les fesses, et c'est quoi ce bouton qui pousse làààà? et mes cheveux sont pas bien en place et viiiiiiite cachons nos mains parceque que ya pas de vernis... "
et blablabla tous tes complexes de fifilles ressortent sans y être invités les cochons!!

ce copain fait si mal aux yeux, que tu serais presque carrément obligée de le toucher pour ne pas te bruler la rétine et, accessoirement, être sure de ne pas rêver. mais comme il est tellement sec et musclé sous sa peau de satin (et oui tout ça!!), tu risquerais de te péter un doigt, alors tu préfères plus t'y frotter:
par exemple, la dernière fois que vous êtes allés boire un verre tous les deux, il t'a coincé la main sous son bras pour traverser la route (oui parcequ'il est prévenant -en plus- contre les voitures qui t'en veulent personnellement!!), et t'as frolé la double fracture des métacarpes!!

il sent divinement bon tant qu'à faire, et il est si drôle; à part Jean Dujardin, tu connais que lui pour imiter si bien le chameau!!!
alors, on est pas secrêtement fan de lui car il est grand et bronzé non! on l'est parcequ'il est accessible, à l'aise en société (TA société), et qu'il aime les enfants!!

alors fatalement, avec ce genre de mec mi prince - mi légende, qu'est toujours dans les parages même si vous ne vous voyez pas souvent, tu te demandes: mais qu'est ce qu'il me veut à moi?!

tu te dis: dans le bar où vous vous êtes rencontrés ya 154 mille ans. oui celui où yavait que des bombasses type barbies, que toi-même tu salivais telle un bouledogue alors que t'es 100% hétéro; pourquoi qu'il est venu te parler à toi qu'était (en plus!) mal dans tes baskets et que ta copine t'avait fait sortir parceque tu venais de te faire larguer et que tu commençais à pourrir sur ton canapé?? pourquoi qu'il t'a fait rire comme une baleine et même pas boire comme un trou?
tu te rends compte que dès que t'as un coup de mou, la vie le remet à chaque fois sur ton chemin, et qu'après chaque moment passé en sa compagnie, tu repars gonflée à bloc (pas de sperme non! pas de sperme bordel c'est un post propre!!!!!) ?

le plus troublant, c'est qu'il a le même prénom que ton ami imaginaire de quand t'étais gosse :)

d'aucuns -enfin surtout des romantiques- parleraient ici de destin.
toi tu penses: c'est bien beau le destin, mais dans ce cas pourquoi t'as de gros doutes devant autant de "petits-plus"?

mais mon pragmatisme, qui ne croit pas aux signes et qui de plus est nul en interprétation, pense que sous ce genre de mythe vivant (non, ni mite, ni mort bordel! ce post n'est ni zoo ni nécro-phile!!!) se cache énoooorme baleine sous minuscule cailloux !!!
et que surement il y a un soucis au niveau du slip...

mercredi 18 janvier 2012

parrain es-dentiste

"ouiiiiiiiiiiiiiiiiiin-ouaaaaaaaaaaaaaaah-aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie"
- "de quoi? de comment? d'où? de qui?!!! ma chérie, qu'est ce qui se passe?", déboulais-je tel un ouragan
- "m'maaaaaaaan parrain m'a cassé la deeeeeeeeeeeeeeent" snirfl-snirfl mouch-mouch
- "KOUAAAAAAAAAA??? Giiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiles!!!!!
- "de quoi encore? de comment encore? d'où encore? de qui encore?
- "la dent de la petite est tombée!!! elle bougeait presque pas! KESTAFè???
- "ouiiiiiiiiiii m'man oui, c'est sa faute! pourquoi que tu me fais manger du bois parrain!?
- "hein??? c'est quoi cette histoire??? regardais-je assassinement la brique tendue par ma naine au parrain-fou
- "m'enfin!!!! c'est pas du bois c'est du pain de campagne! le vrai pain de campagne (à la différence du faux ndrl!!) il est comme ça!"

... (silence étourdi)
... (silence carrément ébahi)

- "gilles, ce pain est rassi!!"
- "maaaaah non, c'est juste le bout qu'est un peu dur..."
- "Gilles ton pain est pétrifié!!!"
- " maaaaah n'importe quoi, il est comme chez mes parents (dans la creuse!!!), c'est un genre de pain que tu dois rompre! comment- aurais-je pu penser qu'elle croquerait dedans???
- "mais parrain, j'ai mordu dans la mie!!"

le pire c'est que tout ceci est vrai...
du coup, ben la souris ce sera parrain...

mardi 17 janvier 2012

odeur de friture

le marchand de sandwiches me tutoie
le marchand de sandwiches me parle, même quand je fais semblant de ne pas l'entendre derrière mes écouteurs
le marchand de sandwiches me fait des blagues qu'il croit drôles
le marchand de sandwiches me dit être aller en vacances au Panama où il a essayé toutes les drogues en arborant un sourire qu'il sous-entend dangereux
le marchand de sandwiches me fait des clins d'oeil qu'il pense entendus...

je crois que le marchand de sandwiches me drague...
alors pourquoi ne me fait il pas de réduction sur les prix??!

vendredi 13 janvier 2012

chaud sur la lune

on peut se mettre un bonnet sur le cul et rester classe... ça arrive!!!


jeudi 12 janvier 2012

ne pas avoir été et n'être toujours pas

je hais quelqun.
il parait qu'il ne faut pas
il parait qu'on ne doit pas
il parait que c'est mal et qu'on en sera puni.

le "il" dans tout ça c'est la morale, le saladier sensé relier une société, un groupe d'hommes, les arnacher les uns aux autres pour ne pas qu'ils sombrent dans le chaos.
le "il" c'est Dieu ou surtout la peur de Dieu.

et pour t'empêcher de sombrer dans la haine, on te rassure à coup de justice.
la justice, cette mayonnaise dans le saladier. Cette sauce sensée relier tout un chacun, et qui malgré les différences de couleurs, de gouts, de propriétés, se doit d'harmoniser nos vies de prédateurs anthropophages.

alors que faire quand le saladier garde un ingrédient sur lequel la mayonnaise ne prend pas?
et bien on n'a plus peur de haïr... je crois...

mercredi 11 janvier 2012

in fucking hell whyyyyyyyyy?

Pourquoi ne puis-je tomber amoureuse de quelqun de disponible hein??? re-hein???

En plus, je n'aime pas les bad boys, les frimeurs, les gens qui sentent le danger ou tout autre argument suprêmement mâlistique pour certaines donzelles en mal de sensations fortes. Non, même pas!

Ce que j'aime moi, c'est l'attention, le partage et la disponibilité.
Mon malheur: ceux qui me font vibrer ne le sont jamais! Et quand y'en a un, charmant, qui réuni tout ça, mon coeur à la noix (tu sais, ce genre de belle noix à la coquille si appétissante, que tu te transformes en bouledogue en la voyant, mais que quand tu l'ouvres, dedans ya un noyau tout pourri presque en poudre putréfiée!!) le boude injustement...

Que ce soit parcequ'il s'agit d'un amour de vacances à l'autre bout de la terre où je ne retournerai que rarement voir jamais, que ce soit pour un amateur d'horizons lointains toujours en déplacement. Ou que la distance ne soit relativement pas excessive, mais qu'elle se trouve dans la fête, le boulot, l'âge ou dans une autre femme; toujours est-il que je suis tragiquement attirée par l'indépendance faite homme.
Alors ok je le suis moi-même, mais justement, les contraires ne sont-ils pas sensés s'attirer?
Et quand cela se produit, pourquoi inévitablement est-ce moi qui recule?

Suis-je folle ou fais-je partie de celles qui, sur le grand échiquier mystique n'ont pas été cochées dans la case "en couple"?

Alors, sans vouloir m'apitoyer, ni céder à ce f****** sort qui s'acharne, je me demande parfois s'il ne me faudrait pas recourir aux services de quelque cartomancier medium, histoire de déjouer les plans cosmiques ...
Des fois que j'en fasse partie hein, des plans...

Ok, c'est risible. Mais!
Même en ayant toute conscience de notre minuscule place dans l'univers, on nous a toujours tellement assené que nous les Hommes, étions crées à l'image de Dieu, que quelque part ça a fait son petit bonhomme de chemin sous mes frisures, et que je me sens flouée!
J'ai même parfois envie de crier: rembourseeeeeeeeeeeeez!!!

Mais j'en suis sure, la solution se trouve dans la magie... forcément!!

mardi 10 janvier 2012

école sans buissons

ce matin en emmenant l'infantissime à l'école - enfin, en courant vers elle cheveux défaits et dentifrice aux commissures - je fus la spectatrice d'une comédie-dramatique réelle qui dépasse largement la petite échelle de mon quartier.
la voici contée:

après avoir in-extremis propulsé ma descendance échevelée entre les deux battants de la porte de l'école (se refermant à toute vitesse parceque: "madâââââme 8h31 n'est plus 8h30 ") et avoir répondu par retour de pouces levés à ceux de ma naine à travers la vitre, trop contente d'avoir échappé aux foudres du directeur; je m'en retournais essouflée sur le chemin du boulot quand le regard du gardien fixé dehors m'interpella.

en cherchant des yeux ce qu'il regardait tout en agitant les bras, je vis un jeune garçon pas plus haut que 3 cahuettes tenter discrétos de se détourner du très droit chemin de la connaissance.
ce petit amateur de buissons était en effet en train de traverser la route pour échapper à celle des devoirs!
mais c'était sans compter sur le rappel à l'ordre soudé du gardien, de la personne en bel habit jaune fluo des passages cloutés, et d'un père de famille retardataire: tel un filet protecteur à gros sourcils, le petit intriguant fut ramené, in fine et la mine honteuse, devant les portes du sacro-saint lieu d'apprentissage républicain!

j'ai tout d'abord été ravie: ahhhh les Hommes ne sont peut-être pas tous des anti-terriens-je-m'en-foutistes finalement. ce petit récalcitrant a de la chance même s'il ne s'en doute pas!
et ensuite j'ai pensé à ce qui, à cet âge post-couches, pouvait conduire ce minuscule bout d'homme à préférer une journée à errer seul dans la ville plutôt que d'aller jouer au plus balaise avec ses potos des cours de récré.
que pouvait-il bien se passer dans sa vie et sous son crânounet???

il était évident que son entourage ne le méritait pas: j'ai été encore plus persuadée du rapprochement imminent de la fin du monde!

lundi 9 janvier 2012

masque gardé

Quand ça fait 10 jours que t'es à 10 chez toi.
Qu'en plus ca fait une éternité certaine que t'es toute seule dans tes draps.
Ben au bout d'un moment tu craques de la culotte!!
Mais attention hein, tu craques EN PREMIER LIEU parceque tu penses énormement aux féministes et aux pauvres excisées.
Tu te dis qu'en LEUR honneur tu te dois d'en finir avec cette putréfaction vermine qu'est l'absence de plaisir sexuel!
Au nom du droit des femmes, de leur combat, de toute cette ferveur vibrante (et c'est le cas de le dire) pour une noble cause: il FAUT gravir le mont plaisir!!!

En plus, avec les fêtes, t'as bien dû voir 20 fois l'intégrale de la pub du parfum Hugo Boss, donc tu ne peux pas t'abstenir:
Tu te décides envers et contre le fait que ton father-in-law dorme dans la chambre de ta descendance, et que du coup celle-ci dort dans ton lit!
Tu te décides à attendre la nuit noire pour discrètement chopper "el dolfino-mi-amor" et t'enfermer dans la salle de bain (ya plus que cette pièce de libre ndrl) toutes serrures double-tourées!!
Sure de ta discrétion tu mets en marche l'objet aux merveilles... et tu t'y abandonnes... aux merveilles...

Tu t'y abandonnes tant et si bien (et si loin aussi hein, parcequ'il faut absolument oublier que t'es dans la salle de bain, cachée comme une honteuse pré-Simone Veilliste) que ce n'est que trop tard que tu entends la porte des toilettes du couloir se refermer!!!

HORREUR quelqun est dans les toilettes!!!
DOUTE AFFREUX: ce quelqun t'aurait-il entendu????
EFFONDREMENT et HONTE: et si c'était beau-papa ????!!!

J'ai du rester 15 minutes à angoisser devant mon lavabo, à ne plus vouloir sortir jamais!!

Morale: quand t'assumes pas, retiens-toi!!!

vendredi 6 janvier 2012

le retour du oilp

aujourd'hui, parlons un peu du poil du sillon interfessier.

alors non, ceci ne sera pas un post louant la scatologie sous toutes ses formes non... (non, je ne suis pas désolée non plus!)
que les gens qui n'en ont pas ne viennent pas ici car, non seulement je les déteste sans les connaître, mais également ça ne leur servirait à rien, sauf s'il veulent s'en greffer le jour où celui-ci sera à la mode dans une version recto des bronzés...

le oilp de uc, le bien nommé donc, est encore plus vicieux que celui de la teuch!
forte de cette connaissance, je fuis l'épilation de cette zone car il suffirait d'un poil incarné infecté pour ne plus pouvoir s'assoir pendant 1 mois ou alors sur une bouée... et ce n'est pas sexy!
mais comme je n'aime pas les poils non plus, je me rase hein: je ne suis pas assez fan de Magnum pour me laisser pousser la moustache dans le slip... et surtout je suis célib, jvoudrais pas faire fuir les bonnes âmes...
quand on se rase, il faut savoir que le poil repousse dru.
et que le poil dru,et bien il pique.
ainsi, géométriquement, quand tes oilps de uc rasés repoussent, ils touchent presque immédiatement l'autre côté de la raie et... et ben quand tu ne t'y attends pas, tout d'un coup c'est comme une décharge électrique in the culotte!
quand tu es chez toi, ça va tu peux y remédier vite-fait grace à sa seigneurie le rasoir. mais en pleine rue, quand ton string est mal ajusté c'est carrément affreux, car tu ne peux pas tirer dessus: ça non plus ce n'est pas sexy...
je suis donc en plein dilemme.
c'est dur... et dru aussi oui...

et dire que Hub n'est même plus là pour m'aider...

lundi 2 janvier 2012

de la pourriture

J'aime ma famille.
Ma famille est intelligente et ouverte, ma famille est mixte; ma famille, on dirait une pub pour Benetton! Que de mieux donc qu'un rituel de bouffe et de cadeaux pour encore mieux les aimer n'est-ce-pas?
Je suis donc excitée comme une petite puce à l'approche de Noël et de ma réunion dieppoise annuelle!
Et même si, sur le trajet en métro pour aller au train, j'ai perdu ma mère; qu'on s'est engueulé parcequ'elle marche trop lentement; qu'on s'est engueulé parceque je marche trop vite et que : "tu te rends compte on a failli ne pas être assises, c'est ta faute", on est arrivé alertes et réconciliées chez ma tante en plein préparatifs.

À nous le froid humide et insidieux de la normandie! A nous la chauvinerie des meilleures Coquilles Saint Jacques de France et du fromage de Neufchâtel !!
A nous!!

Enfin... à nous... plutôt à eux pensais-je honteusement en découvrant mes pitis cadeaux sous le sapin, mes yeux de Golum furetant dans le nombre frisant-l'indécence-grandement-incovenant des cadeaux des ... AUTRES.

"C'est bien beau de geindre comme une madeleine (entre deux torrents de larmes et de morve) face à l'injustice montrée aux actualités tiens!!. Tu es une grande personne Didine" me consolais-je intérieurement, "le nombre des cadeaux n'est pas un quantifiable de l'amour que l'on te porte, tu es aimée, tu es aimée, tu es aimée!" me psalmodiais-je incantatoirement.

... pô fière j'étais... il va sans dire que j'ai beaucoup mangé cette nuit-là.

C'est ensuite qu'évidement vint la honte princesseurale, la honte des hontes de la honte: de retour chez moi, m'attendait un cadeau goliathesque derrière les sourires complices et entendus de La Sainte Famille...

La seule relation religieuse qui m'aurait été nécessaire en ce jour de fête fut l'auto-flagellation!